Accrochement de la rotule

Qu'est ce que c'est ?
Lors de cette pathologie on distingue un cheval avec un de ses postérieurs bloqué en extension avec un pied qui frotte en pince. Bien que ce soit spectaculaire, ce n'est pas douloureux.

Cliniquement, c'est le bord médial de la rotule qui reste bloqué au dessus du tubercule fémorale (fémur). On en déduit alors que la cause de l'accrochement est un problème au niveau du ligament médial.

Les facteurs de l'accrochement de la rotule :
- Une croissance rapide
- Travail dans de mauvaises postures ou sur un cheval trop jeune
- Mauvaise alimentation avec diverses carences
- L'herédité
- Traumatismes ou faux mouvements
- Mauvais sol (trop mou ou dur)

Signes de l'accrochement de la rotule ?
- Postérieur "déboité"
- Boiterie avec un des postérieurs qui traine
- Jambe postérieur en extension

Dans la plupart des cas, le cheval se décroche lui même la rotule. Essayez de faire reculer le cheval, sinon appelez un vétérinaire ou un ostéopathe en urgence.

Diagnostic ?
C'est le propriétaire qui diagnostiquera cette anomalie puisqu'elle est intermittente.
Si elle est aiguë et due à un traumatisme ou un faux mouvement, cela se résorbera de soi-même.
Par contre si elle est chronique, il faudra modifier l'environnement ainsi que les méthodes de travail.

Accrochement de la rotule et Médicament ?
Le vétérinaire peut intervenir dans cette pathologie mais son champ d'action reste faible, un décontracturant peut être administré ainsi que des anti-inflammatoires mais ceux ci ne sont pas forcement utiles étant donné qu'il n'y a pas de douleurs locales.

Dans les cas chronique, il fait des infiltrations, que je déconseille fortement puisque' au fur et à mesure une accoutumance se fera, une faiblesse avec atrophie de la zone arrivera et un cercle vicieux apparaîtra. Dans les cas les plus spectaculaires et chroniques, plusieurs chirurgies peuvent être envisagées (attention au risque de complications), accompagnées de repos, ainsi que de rééducation.

Conseil ?
Pour les jeunes chevaux qui sont souvent travaillés trop tôt et surtout trop intensément. Avant l'âge de 7 ans le cheval grandit et son corps n'est pas complètement mûr. Il est nécessaire de limiter le travail.

Changement :
- De ferrure en cas chronique peut être apporté si le maréchal le pense nécessaire.
- De sol si votre carrière est trop boueuse ou sèche
- De nourriture s'il a des carences, une prise de sang est la bienvenue

Mais l'astuce la plus importante à retenir, c'est un travail de musculation au niveau du genou puisqu'il renforcera les ligaments, tendons et muscles au niveau de l'articulation et donc diminuer les "crises" ! Un échauffement de 15 minutes minimum au pas est conseillé avant toute reprise ou ballade.

Exercices :
- Travail en pente et descente
- Les barres au sol au pas ou à 20 cm
- Stretching
puis
- Changement de pied
- Trotting léger
- Massage local avec une huile décontractante

Le travail doit être progressif. Un encadrement auprès d'un professionnel est toujours souhaité pour suivre l'évolution de la pathologie et vous conseiller dans les travaux à effectuer.

Des applications d'argile rouge ou verte sont un bon moyen d'apporter des minéraux à la zone touché, la pose d'un cataplasme d'une heure, une fois par semaine.

Thérapies manuelles et accrochement de la rotule ?
Dans les cas aiguës, l'ostéopathe peut venir décrocher la rotule si elle ne se décroche pas d'elle-même.

Dans les cas chroniques, il vous montrera la marche à suivre pour la décrocher vous-même. C'est lui également qui vous indiquera un protocole de travail à suivre. Dans certains cas un kinésithérapeute est encore plus conseillé.

Attention, dans les cas chroniques, un déséquilibre du corps peut subvenir ainsi qu'un arthrose précoce de la zone ! L’ostéopathe redonnera mobilité à l'ensemble de l'animal mais aussi permettra une meilleur circulation des flux et donc de limiter le développement de l'arthrose.


J'ai découvert un article sympa sur le même thème : Soon a horse
A bientôt !

2 commentaires:

Soon-a-horse a dit…

J'allais justement dire que j'avais vécue ça et j'ai vu ta petite mention en bas ;) Merci !!

Quand Tabasco m'a fait ça, j'ai eu une sacré frayeur mais heureusement que ce n'était "que" ça au final. Depuis, il ne me l'a jamais refait (pourvu que ça dure).

Très bien expliqué ton article ! Toujours bon à savoir !!!!

Emeline Millot a dit…

De rien, je le trouve plus simple que le mien et j'aime bien ;)
C'est bon signe si il ne le refais plus. C'est quand c'est chronique qu'il faut s'inquiéter !
Merci =)