Shivering

Qu'est ce que c'est ?
Le shivering est la maladie des tremblements. Cette crise à lieue quand le cheval recule ou quand on lui demande un postérieur.

Elle se caractérise par un mouvement de flexion-abduction du membre avec un tremblement plus ou moins violent. Dans de rares cas une atteinte des membres antérieurs est possible.

Cette maladie est un dysfonctionnnement du réflexe myotique ou une anomalie des réflexes posturaux. C’est une affection neuro-musculaire.

Je vous mets 2 videos trouvée sur youtube, qui seront plus parlantes qu’une image :
- Une demande de postérieur
- Un reculer

Les facteurs du shivering :


Cette maladie n’est pas encore connue, les facteurs ne sont pas précis. Nous savons seulement que ce sont les chevaux imposants qui en sont atteints.

Suite à différentes thèses vétérinaires, la cause de cette maladie serait une conséquence à un problème de croissance ou de nutrition chez les foetus, foals ou poulains avec des carences.

Signes du shivering ?
- Hyper fléchissement du ou des membres postérieurs
- Tremblement
- Queue qui fouaille
- Cheval raide
- Amyotrophie de la cuisse

C’est une maladie dégénérative avec évolution plus ou moins lente. L'évolution est imprévisible.

Si la situation s’aggrave, il peut même devenir impossible de curer les pieds et encore moins de ferrer. Certains chevaux peuvent même tomber quand le spasme est trop fort.

Diagnostic ?

C’est le maréchal ferrant qui découvre cette maladie car il surveille régulièrement les membres grâce aux pieds. Elle sera validée par le vétérinaire si la maladie est contraignante.

Shivering et Médicament ?
On ne guérit pas un cheval qui a un shivering. Il n’existe à ce jour aucun traitement spécifique.

Un régime alimentaire peut être proposé en diminuant les glucides et en augmentant les lipides.

Cependant certains vétérinaires conseillent des cures de vitamine B12 et E ainsi que du sélénium. Ces cures permettent une régulation du système nerveux. Leurs effets n'ont pas été prouvés.

Dans certains cas graves, l’animal peut être sous anti-inflammatoire. Des cures d’anti-inflammatoire naturel l’hiver peut être un vrai plus pour éviter ceux chimiques.

Conseils ?
- Le stress de l’animal peut aggraver les symptômes. Le cheval ne doit jamais être réprimandé parce qu’il ne donne pas correctement ses pieds. Il ne faut pas non plus le contraindre pendant la durée du spasme.

- Le cheval ne doit pas rester au box, il doit se déplacer au moins 12h par jour. Le mouvement permet à l’animal de ne pas se raidir et d’aggraver la maladie.

- L’animal ne doit pas avoir froid même si il est au pré. Le froid provoque des micro tremblements pour que le cheval réchauffe cette zone. Mais si elle a lieu au niveau de la croupe, les nerf sciatique sont mis à rude épreuve.
Même si le cheval est un animal rustique dans ce cas précis une couverture léger et imperméable sur les reins est indispensable !

- N’obligez jamais votre cheval à reculer, si il ne veut pas.

- Un travail régulier et progressif est possible mais pas intensif. Le fait de muscler le cheval lui permet de mieux se tenir.

Ne demander pas du travail intensif sans échauffement correct. Le cheval ne doit pas avoir la queue qui fouille en travaillant.

Thérapie manuelle et shivering ?
L’ostéopathie est nécessaire pour conserver une bonne mobilité au niveau des postérieurs. Faire des bilans réguliers est indispensable quand on a un doute sur la locomotion de son cheval.

Je pense que le rôle du physio est plus important ici, car il peut suivre la pathologie et aider le cheval s'il rencontre des soucis proprioceptifs, des faiblesse musculaires, notamment si le cheval sort en concours ! Il adaptera ses séances en fonction de l’évolution du cheval.

Le petit plus du physio, les enveloppements au niveau de la croupe permettra un échange de minéraux et de toxines qui sera que bénéfique au cheval !
A bientôt !

Aucun commentaire: