Combien de séance d’ostéopathie ?

Après quelques discussions avec des propriétaires d’équidé, une question m'est souvent demandée : Combien de séances d’ostéopathie mon cheval a t’il besoin dans l’année ? C’est vraiment une question basique, simple et pourtant si compliquée à expliquer.

Voici ma meilleurs réponse : Il faut simplement écouter son cheval !

C’est lui qui déterminera le nombre de séances dans l’année. Bien-sûr il faut reconnaitre les signaux de douleurs, un changement locomoteur ou même digestif, il ne faut pas attendre. D’un cheval à un autre, le rythme des séances d’ostéopathie est variable selon le patient, les dysfonctions, le travail effectué.

Globalement le minimum est une séance d’ostéopathie par an. Dans l’idéal 2 visites dans l’année pour les chevaux de loisirs et 3 à 4 séances pour les chevaux sportifs dans l’année sont conseillées. Le rôle de l’ostéopathe n’est pas toujours de traiter un animal mais il est là aussi pour « prévenir ». L'ostéopathe n'est pas obligé de faire "craquer" l'animal, en prévention : des mobilisations passives, massages et étirements seront tout aussi bénéfique à l'entretien.

Il est également nécessaire d’avoir un budget secours, c’est à dire qu’en plus des visites régulières, il faut penser à appeler l’ostéopathe en « urgence » en cas de chute, colique, entorse entre 2 visites. Il est préférable d’intervenir de suite pour éviter que les dysfonctions et compensations interviennent et prolongent le rétablissement.

A savoir : il n’est pas nécessaire de voir l’ostéopathe systématiquement le mois d’après, ce que l’on appel « contre-visite ». Certains praticiens font toujours cette visite mais au final elle n’est pas obligatoire. Certains chevaux sont bien dans leurs corps après une seule séance. Méfiez vous. Néanmoins pour régler certaines pathologies « lourdes » (amyotrophie, bilan ostéopathique important, un cheval qui n’a jamais vu l’ostéopathe, …), il est parfois nécessaire de voir le cheval 2 ou 3 fois pour régler le problème.

Le suivi s’effectue au cas par cas !

A bientôt !

Aucun commentaire: