L'Echauffement du sportif

Je me souviens de l’école primaire et secondaire pendant les séances de sport on devait tous s’échauffer sans vraiment comprendre le pourquoi du comment à l’époque. Plus le niveau progresse, et plus on porte de l’importance à l’échauffement. Sportive depuis mon plus jeune âge, j’ai testé plusieurs sports : Judo, Gymnastique, Natation, Basket, Equitation, tennis, et depuis peu vélo et musculation. Avant chaque séance le « coach » avait une recette magique avant le travail : l’Echauffement !

En quoi consiste l’échauffement

Globalement l’échauffement consiste a une mise en route cardio-pulmonaire (coeur, poumon) et une mobilisation musculo-squelettique (muscle, articulation). Le but de cette phase est de préparer l’organisme, en mettant progressivement le corps en éveil pour l’effort qui va suivre. Il aide à prévenir des blessures, de mieux récupérer, il augmente les capacités mécaniques ainsi que la coordination donc la performance. S’échauffer est donc indispensable chez le sportif

Zoom dans notre corps

Effet cardio-Vasculaire : L’activité physique demande de l’énergie et de l’oxygène. Pour répondre à ces besoins, le corps doit augmenter le rythme cardiaque et donc le débit sanguin. L’afflux sanguin ouvre les capillaires pour mieux alimenter les muscles.

Effet respiratoire : l’activité physique demande plus d’oxygène pour fonctionner correctement ainsi que l’élimination rapide des toxines : le CO2. Le rythme s’adapte à cette demande.

Effet thermique : Elévation de la température corporelle
- Augmente l’élasticité des tendons
- Augmente l’amplitude articulaire
- Augmente la souplesse des muscles
- Augmente la contraction des muscles via le système nerveux
- Augmente la coordination motrice
- Augmente le métabolisme énergétique

Anecdote : environ 80% de l’énergie est perdue en chaleur

Structurellement parlant

Un échauffement rondement mené prépare donc les muscles, les tendons et les ligaments à l’activité sportive. Des tendons plus élastiques et des muscles plus souples seront moins sujets aux risques de contracture, élongation, claquage ou même déchirure.

Les articulations échauffées augmentent la production de liquide synovial, le cartilage gagne en élasticité puisqu’il est lubrifié et devient donc plus résistant aux chocs et augmente son rôle d’amortisseur. Ils seront donc moins sensibles aux entorses, foulures ou même aux luxations.

Au niveau du système nerveux, le corps aura de meilleurs réflexes, une plus grande précision des mouvements grâce à l’amélioration de la proprioception.

Guide de preparation physique du cheval : J.A. BALLOU

Les risques

Si la préparation physique est absente ou voire insuffisante, il peut y avoir des conséquences :
- Cardio-vasculaire : étourdissement, tachycardie.
- Pulmonaire : essoufflement, rythme saccadé.
- Musculaire : crampe, contracture, élongation, claquage, déchirure, tendinite, myosite.
- Articulaire : entorse, foulure, luxation, déchirure.

Bien entendu, ces risques ne prennent pas en compte le type d’activité, l’âge ou la forme du praticien ainsi que les accidents (chutes). Il faut adapter l’échauffement aux praticiens ainsi qu'à l’effort qui va suivre. Un cheval de CSO aura un échauffement différent que le cheval de Dressage car leurs aptitudes et groupes musculaires sollicités ne seront pas les mêmes.

S’échauffer


Echauffement passif via la TecarThérapie
Il existe deux grand types d’échauffement mais ils sont complémentaires :

- Actif : c’est à dire que le praticien effectue des exercices physiques ciblés pour améliorer son rythme cardiaque, ses muscles et articulations pour l’effort.

- Passif : Ce type d’échauffement est réalisé sans activité. C’est à dire que le praticien va utiliser d’autres méthodes : massages, étirement passif, infrarouge, ultrason, Tecar, vibration, électrothérapie, . . .

A mon avis l’échauffement passif doit être réalisé de préférence par un professionnel car il est plus à même de travailler sur les bons groupes musculaires. Cependant je pense qu’il doit être complété par des exercices actifs pour être complémentaire. Il est idéal entre deux épreuves, le sportif se repose, profite du soin mais pendant cette phase intermédiaire, le physiothérapeute maintient la chaleur.


On en déduit que sans préparation physique pour notre corps, on ne peut acquérir plus de tonicité, plus de souplesse et donc aucune amélioration de la condition physique au fil des exercices, nous devenons au contraire de plus en plus raides et contractés.

Préparation physique d’abord, travail ensuite !


Bibliographie :
- Guide de preparation physique du cheval : J.A. BALLOU
- Approche de la kinésithérapie du cheval : J.-M. DENOIX
- http://www.sport-passion.fr
- Wikipedia


A bientôt !

Aucun commentaire: