Molette

Qu'est ce que c'est ?
Occasionnellement ou quotidiennement, un gonflement plus ou moins évident apparait sur les membres de nos chevaux. Ce gonflement est provoqué par une quantité excessive de liquide synovial, c’est une réponse de l’organisme suite à un traumatisme donc une inflammation. Cliniquement c’est un épanchement articulaire (molette articulaire) ou de la gaine tendineuse (molette tendineuse), avec parfois une atteinte des bourses séreuses (bursite).

Une articulation est davantage sujette à cette réponse lorsque la membrane synoviale (synovite) ou la membrane articulaire (capsulite) est lésée.

La douleur articulaire est associée à une inflammation des tissus articulaires et provoque la déformation de la membrane due à une sur-production de liquide synovial.

C’est un signe précurseur d’arthrose qui n’est pas à prendre à la légère.

Les facteurs :
- Alimentation
- Aplombs
- Travail excessif
- Mauvais sol (trop dur ou trop mou)
- Bande de repos, polo, travail mal ou trop utilisées
- Pathologie articulaire et/ou tendineuse
- Traumatisme

Les signes :
Les molettes articulaires ou vessigions sont situées en regard d’une articulation (carpe, jarret, tarse, boulet) et ressemble à une grosse boule molle et malléable.

Les molettes tendineuses sont placées le long d’un tendon et sont molles, vastes et moins délimitées.

Ce sont des « tares molles ».


Diagnostic vétérinaire ?
La formation des molettes passe toujours par une phases inflammatoire. Cette phase peut être courte et discrète mais au fur et à mesure, on peut détecter une chaleur ainsi qu’un engorgement des tissus avoisinants. Dans certains cas important elles peuvent faire boiter un cheval. Globalement nous appelons le vétérinaire seulement à ce moment.

Si votre cheval commence à avoir les premiers signes de molette pensez à appeler le vétérinaire pour effectuer un contrôle articulaire via les radiographies et adapter son travail.

Médicament ?
Généralement, le vétérinaire vous conseillera une « crème rafraichissante » dans les cas chroniques. Et des anti-inflammatoires en cas de boiterie.

Conseils ?
La formation d’une molette doit être prise au sérieux et immédiatement en trouvant la ou les causes via le vétérinaire, le maréchal et même votre thérapeute manuel (Ostéopathe, shiatsu, physiothérapeute). Si celle-ci est installée depuis quelques temps, il est peu probable qu’elle disparaisse complètement car les tissus avoisinants sont déformés.

Comme les molettes sont des inflammations, le mieux est de penser à l’application d’eau ou de poche glacée pendant une vingtaine de minutes pour refroidir et améliorer le retour veineux et lymphatique.

Vous pouvez également installer des bandes de repos en même temps ou la nuit pour limiter le phénomène de distension des molettes et permettre aux tissus de se resserrer. Si vous avez la possibilité d’utiliser des chaussettes de contentions c’est encore mieux.

Ostéopathie / Physiothérapie ?
L’ostéopathie est seulement nécessaire si une dysfonction provoque la ou les molettes occasionnellement. Si elle ne résulte pas d’un blocage, cherchez en la cause (mauvais aplomb, sol,…).

Cependant le rôle du physiothérapeute est plus important ici dans les cas chroniques. Grâce à des massages, étirements, enveloppements, TECAR, vibrations, thermothérapie, celui-ci aide à réduire ou même faire disparaitre la présence de cette pathologie.

Je vous invite a découvrir les soins des membres pour vos loulous : Remise en forme !


Dans un prochain article des solutions en naturopathie !


Bibliographie :
- Nouveau manuel vétérinaire : N.S. LOVING

A bientôt !

Aucun commentaire: